Washington Post


Although well-known in Europe, Placebo’s latter-day glam-rock hasn’t attracted a crown in the United States. Designed as a primer for American fans who encounter the trio on this tour, « Extended Play '07 » compiles five favorites from previous albums and three live tracks. « Nancy Boy » and « Taste in Men » flaunt front-man Brian Molko’s sexually ambiguous image, while « Meds » plays at psychological breakdown. As punchy as they are winkingly perverse, these songs are among the band’s best. The disc’s change of pace is a live recording of Kate Bush’s iconic « Running Up That Hill » that channels the original’s breathy propulsion into a noisy dirge. That gambit is also sort of perverse, yet effective.


Bien que reconnu en Europe, le glam-rock moderne de Placebo n'a pas attiré les foules aux Etats-Unis. Décrit comme un classique par les fans américains qui ont rencontré le trio lors de leur tournée, « Extended play '07 » est une compilation de 5 titres majeurs des précédents albums et de 3 titres live. Nancy Boy et Taste in men flattent l'ambiguïté sexuelle du leader Brian Molko, alors que Meds joue sur une psychologie déficiente. Aussi vigoureuses que furtivement perverses, ces chansons sont les meilleures du groupe. Le disque change de rythme pour une reprise live de l'emblématique chanson « Running up that Hill » de Kate Bush, troquant les impulsions aériennes originales pour un vacarme funèbre. Cette tactique est un peu perverse, mais efficace.

Traduction : Silk


Washington Post
Type
Article de presse
Date de parution
Août 2007
Source
Placeboworld
Mise en ligne
25 août 2008
Déjà lu
2669 fois

Vos réactions sur Washington Post