Questions à Brian, par Fred Haffner

Donc, première question c’est après avoir fait une grosse tournée moi je pensais que vous alliez arrêter et puis là re-grosse tournée, enfin presque, tournée estivale avec plein de dates et pas mal de festivals.

Brian : Ouais on aime bien, ben on aime bien quand il pleut pas comme aujourd’hui, mais ça c’est un truc qu’on peut pas contrôler, on peut pas contrôler beaucoup aux festivals, y’a pas de balance, alors on monte sur scène et on croise les doigts et puis on voit ce qui se passe.

En même temps le show il est rodé là quand même maintenant.

Brian : Ouais c’est vrai mais si tu fais depuis un certain temps particulièrement si tu fais beaucoup de shows qui sont pas des festivals alors t’es habitué à avoir un son parfait, des trucs comme ça, tu deviens perfectionniste mais il faut apprendre à être beaucoup moins précieux avec son show dans un environnement comme ça parce qu’on est dehors, pas tout le monde est venu te voir, et y’a beaucoup de variables pour que tout part en couille, mais c’est cool ça fait partie de l’esprit.

En même temps y’a des scènes immenses, aux alentours de 25 000 personnes, la plus grande salle fermée que vous ayez fait c’était Bercy le 18 février, là 25 000 dans un festival….

Brian : Ouais, on a déjà fait 25 000, une fois on a fait 80 000 avec la première partie de U2 alors euh….mais ça c’était fun.

Là y’a quand même un truc, c’est vrai bon il pleut tout ça, mais il va surtout pleuvoir pour le public, vous vous êtes un peu plus protégés sur la scène, je sais que c’est pas encore arrivé, ça va arriver dans quelques minutes ou quelques heures mais tu vas avoir le public qui va rester, sous la flotte à vous regarder

Brian : On espère, j’espère qu’ils vont rester.

Tu le ferais à leur place ?

Brian : Ah non ! Pas du tout ! (rires) Je suis trop vieux pour ça ! Avec mon rhumatisme (rires)

T’as du sentir qu’il allait pleuvoir avec tes rhumatismes….

Brian : Ouais, ouais je l’ai senti dans le bus, en arrivant.

A leur place tu le ferais pas ?

Brian : Non, honnêtement non. J’aime pas le camping, j’aime pas vraiment ce genre de trucs, je pense que je suis sûrement jamais allé à un festival où je bossais pas alors euh….c’est pas vraiment le genre de trucs que je ferais, j’ai plus l’énergie pour ce genre de trucs.

Après ces deux tournées successives etc.….un peu de vacances ?

Brian : Oui ils nous ont donné 2 semaines ! (rires)

Non mais sérieux, c’est quoi la suite du programme ? Parce que là y’a eu toutes ces tournées en France et ailleurs, tu te déplaces un peu partout, le premier DVD de Placebo, les singles de l’album ça y est je pense que c’est à peu près fait maintenant y’a Johnny and Mary qui est sur l’album en plus, la prochaine étape c’est de se reposer un peu et de préparer encore la suite ?

Brian : ben la suite et comme ça on va sortir une compilation de 45 tours, ce n’est pas un bestof, on a au moins 16-18 45 tours qu’on a déjà sortis alors on s’est dit qu’il est un petit peu temps on va enregistrer quelque chose de nouveau et un ou deux inédits pour ça on va voir, on est pas encore sûrs du morceau qu’on va choisir et ça ça va sortir en automne. Puis il y aura un DVD avec tous les clips qui accompagnera cet album, cette compilation de 45 tours et puis ouais on va commencer à bosser, on va prendre des petites vacances de Noël et puis on va commencer à bosser sur le nouvel album.

T’as déjà des pistes, des idées ?

Brian : on a toujours des idées, toujours (rires) bien sur, bien sur, dans ce monde, dans le monde d’aujourd’hui c’est difficile de garder le mystère avec ce que tu fais alors on garde tout top secret

Là une question que je pose à chaque fois, je la poserai jusqu’à ce que j’aie la bonne réponse : est ce que ce sera pour cette fois que tu vas oser toi même d’écrire un titre en français directement ?

Brian : ben moi je pense pas en français c’est ça le truc je pense en anglais, je rime en anglais dans ma tête, je rêve en anglais, c’est vrai que je peux parler français, je peux me débrouiller mais j’ai pas vraiment un vocabulaire très sophistiqué parce que je ne lis pas les bouquins en français, bien sûr je regarde beaucoup moins la télé française que quand j’étais ado parce que je ne vis plus dans un pays francophone et je parle pas beaucoup, alors euh…..c’est pas naturel pour moi.

Pas encore.

Non, faudrait que je retourne à l‘université pour apprendre du vocabulaire et des trucs comme ça.

Je dis ça parce que Protège-Moi ça a quand même super bien marché, nous on l’a vu à la radio avec les auditeurs qui vraiment tous ont adoré, tu pourrais écrire en anglais et te le traduire tout seul.

Brian : moi je pense quand même que Virginie a fait un très beau boulot, elle a fait un boulot que je n’aurai pas pu faire, on était entre de bonnes mains, les bonnes mains de Melle Despentes.

A propos des collaborations, après avoir collaboré avec Virginie, Gaspard Noé, avec Asia Argento, c’est pas pour le groupe c’est juste pour toi, avec Franck Black, tu as d’autres envies, d’autres idées ?

Brian : j’ai collaboré avec Jane Birkin sur un morceau pour son album Rendez-Vous, j’ai écris les paroles et je viens aussi de faire une collaboration avec quelqu’un de très très grand dans le monde de la dance, un DJ allemand qui s’appelle Tim Mass, j’ai chanté quelque chose sur son album qui va sortir cet automne je pense. Et puis j’ai beaucoup d’idées avec des très grands gens avec lesquels j’ai envie de bosser.

Mais toi ou avec le groupe ?

Brian : Nan maintenant on est focus sur le prochain album alors c’est à ça qu’on pense, on est conscients du fait qu’il faut qu’on enregistre des 45 tours, on a jamais vraiment enregistré seulement des 45 tours, on a toujours fait des albums et on a sorti des 45 tours de ça, là on est dans une situation où il faut qu’on pense à ce que c’est qu’un single, ça c’est différent mais à part ça toutes nos pensées sont pour le nouvel album, numéro 5.


Questions à Brian, par Fred Haffner
Type
Interview
Date de parution
Non communiquée
Source
Europe 2
Mise en ligne
13 novembre 2004
Déjà lu
3735 fois

Vos réactions sur Questions à Brian, par Fred Haffner